• Saleté de doutes.

    J'avais descendu les escaliers de cet immeuble, accueillant ma visite régulièrement sentimentale de jeune transit, je venais de maltraiter la lourde porte, dernier rempart avant le dehors, et je repris contact brutalement avec la réalité de l'endroit. Ici-bas, des tours à perte de vue, voir à leur perte tout court, froides et austères. La vie grouille, surtout d'indifférence, de nonchalance, d'imposture, d'anonymat mais moi je me balade impunément dans le quartier de mon matin, les sens en éveil. J'endure le froid, la faim, le sommeil mais je sais que ça peut aller par-delà. Justement, je comptais y aller ; par-delà. Je m'engouffre alors en sous-sol pour emprunter le transport des riches et des pauvres, enfin surtout des pauvres. Parfois, la fibre sociale s'effrite et chacun en pâtit. Quiconque eut pu s'en octroyer les vertus humanistes en pensant à la misère, la mendicité, même infantile, mais qu'en est-il lorsque la petite main frotte le pantalon propre et conforme des honnêtes citoyens? Ça décale et ça décade ; des nuques honteuses, des regards dans les chaussettes du voisin de malheur, des silences en plomb, des coups de matraque dans les restes de ce qui n'est plus aujourd'hui, qu'habituel. Encore un cauchemar dont on ne se réveille pas complètement, encore que, j'ai parfois des doutes. Saleté de doutes.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :