• Des mots dits, d'autres sous entendus, des doutes et puis des ratures ; ces traces indélébiles qui marquent à coup sûr la lecture non par leur sens, mais par leur répartition soudaine et libre. Entre les deux, un jardin dans lequel j'ai semé les graines fécondes et sans rapport les unes aux autres, d'une existence fachée. Et tel un père qui appréhende le résultat d'un éventuel aboutissement, me voici qui patiente dans le but de vous en offrir les fruits.

    S'offrent dès lors des déclinaisons de thèmes proches de l'infini pour un esprit dérangé, malade peut-être. Mais pourquoi tant d'acharnement dans cette restitution, tant d'exibitionnisme et de narcissisme, à la limite de toutes les autres? Qu'importe car si la vie et l'écriture ne formaient qu'une seule masse informe, il ne resterait au final que quelques lignes les résumant. Au gré du temps que je n'ai pas suffisament embrassé ou même considéré, j'aimerai maintenant marier les moments passés à leurs égaux futurs, rebelles ou agacés, et les inscrire pour toujours dans une continuité parfaite. La mélancolie semblerait alors douce et la vie bien qu'épuisée, sauve, assise confortablement.

    [Délire émotionnel]
    [Evasions complices]
    [Quotidien, quotidienne]
    [Théoriquement notre]
    [Un peu moins vivre]
    [Un trait dans la marge]

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique